Les assurances emprunteurs, mode d’emploi

Alors que les banques gagnent moins d’argent sur les prêts immobiliers en raison de la baisse des taux d’intérêt, on constate tout de même que celles-ci tentent de se rattraper à travers les assurances emprunteur, dont les tarifs et les degrés de protection peuvent grandement varier d’une banque à l’autre. En effet, on constate que dans certaines banques, l’écart de prix peut parfois être de 50%. De plus, les banques sont friandes de glisser des contrats dans le cadre d’un achat immobilier, comme l’assurance décès - invalidité - maison ou encore l’assurance vie et succession. En cumulant ces assurances dans le cadre d’un emprunt immobilier, cela peut vite faire grossir la note, et c’est de cette manière que les banques récupèrent le manque à gagner de la baisse des taux.

Comparer les prix pour faire baisser la note

Or, il faut savoir que non seulement le contrat assurance emprunteur est la plupart du temps cher, mais il est en plus dans la plupart des cas totalement inefficace, notamment à la Caisse d’Epargne, qui est l’une des banques qui propose les pires garanties. Sachez qu’il est tout à fait faisable de négocier le prix de toutes ces assurances, et que certaines n’ont rien d’obligatoire. Cette démarche pourra vous faire économiser un montant non négligeable, ce qui est toujours une chose positive étant donné le coût total que peut représenter la démarche d’acheter un bien immobilier. Il faut donc faire jouer la concurrence au maximum, en allant par exemple taper à la porte des établissements bancaires et ainsi comparer les prix.

Actualité